Le journalisme qui criait au Troll

Le journalisme qui criait au Troll


Face aux critiques reçues, France Télévision accuse ses détracteurs d'être des trolls. Nous avons analysé plus d'un millier de tweets afin de vérifier ces affirmations.

Il y a quelques semaines était diffusé un Envoyé Spécial consacré au glyphosate. Cet article n’ambitionne pas de corriger les éventuelles erreurs de l’émission (d'autres abordent ces questions[1]Glyphosate sur France 2 : décryptage de deux heures de désinformation. Association française pour l'information scientifique
Test : Nous prédisons les biais d’Envoyé Spécial sur le Glyphosate Janvier 2019. Projet Utopia
Envoyé Spécial et Glyphosate: l’escalade de l’intox. La Théière Cosmique
mais plutôt de mettre en avant un problème bien plus inquiétant à nos yeux : l’absence de remise en question de certains médias, allant même jusqu’à l’élaboration de théories frôlant le conspirationnisme pour se dédouaner.

Un peu de contexte

Cette enquête s’inscrit dans un climat tendu. Envoyé Spécial a reçu de nombreuses critiques, allant d’une vague de plus de 500 plaintes au CSA[3]"Envoyé spécial" : Un reportage sur le glyphosate contesté et signalé au CSA (màj). Pure Médias à un billet d'un directeur de recherche du CNRS[2]Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial. Atlantico en passant par des commentaires acerbes sur les réseaux sociaux. Le sérieux du reportage a également été remis en question par d’autres journalistes[4]Géraldine Woessner. Twitter
Emmanuelle Ducros. Twitter
Mac Lesggy. Twitter
et ce parfois de façon assez rude.[5]Mac Lesggy. Twitter

Si une telle situation n’encourage naturellement pas à la discussion et à la remise en question, la réaction de France Télévision est tout de même très surprenante : les contradicteurs sont d’office qualifiés de “trolls”[6]"Envoyé spécial" sur le glyphosate : nos réponses aux intox qui circulent sur les réseaux sociaux. Franceinfo probablement en lien avec Monsanto, et leurs arguments ne seraient que des “intox”. Autrement dit, les critiques sont d'emblée discréditées au motif qu'elles seraient malveillantes.

Certains autres journalistes critiques ont eux-mêmes été spécifiquement visés par de telles accusations.[7]"Envoyé spécial" sur le glyphosate : nos réponses aux intox qui circulent sur les réseaux sociaux. Franceinfo S’il est assez habituel de lire ce genre d’insultes dans la section commentaires, les voir rédigées et validées par d'autres journalistes semble bien plus surprenant.

Que prétend France Télévision ?

Pour [la directrice des magazines de l’information de France Télévisions] « des centaines de comptes anonymes, récents et avec très peu d’abonnés, ont systématiquement répercuté sur Twitter les éléments de langage de certains lobbys, créant un effet de masse et un effet d’entraînement impressionnant » Propos recueillis par Le Monde

Loin de se contenter d’accuser ses contradicteurs d'être des trolls, France Télévision va encore plus loin en les décrivant non plus comme de véritables personnes, mais plutôt comme des “anonymes” avec “très peu d’abonnés”. La déshumanisation est telle que ces  derniers n'expriment même plus des arguments mais “reprennent des éléments de langage de certains lobbys”.

Des accusations aussi graves auraient mérité des preuves, il est donc regrettable que France Télévision ait négligé ce point alors qu'ils disposent probablement d'éléments pertinents. Il est cependant possible de contourner ce problème en répertoriant et en analysant l’ensemble des 953 tweets publiés en réaction à l’émission. Si ce que dit  la chaîne est exact, cela devrait se confirmer dans l’analyse de nos données.

Alors, Envoyé Spécial a-t-il été attaqué par une armée de trolls ? Décryptage.

Cet article étant assez long, n'hésitez pas à sauter certaines parties, en cas de nécessité. Si vous êtes pressés, tout est résumé ici.

Méthodologie :

Nous avons analysé 953 tweets en réponse à Envoyé Spécial et 231 commentaires Facebook. Ce corpus conséquent devrait nous permettre de confirmer ou non les affirmations de France Télévision. Si vous souhaitez davantage de détails sur les choix retenus, vous pouvez visionner les points suivants :

Choix du corpus : cliquer ici pour afficher

► Choix du corpus : Envoyé Spécial a publié sur la période du 13 au 18 février 55 tweets (essentiellement composés de courts extraits vidéos) afin de promouvoir leur émission sur le glyphosate. Ces tweets comptabilisent au total 953 réponses, elles ont toutes été analysées afin de vérifier l’hypothèse de France Télévision.

Les commentaires Facebook ont également été recensés afin de vérifier les tendances observées sur Twitter. Pour des raisons de temps, une seule publication a été comptabilisée (celle à la plus forte audience) ce qui correspond à un total de 231 commentaires.
Quelques jours plus tard, Envoyé Spécial a également publié un tweet pour “répondre aux intox” (soit 117 réponses). Ces données étant différentes, elles ont été prises en compte à part.

De même, deux tweets de journalistes ayant fait polémique ont été analysés afin de vérifier la tonalité des commentaires critiques dans des situations plus conflictuelles, ces derniers font respectivement 30 et 118 réponses [mise à jour : faute de temps, ces tweets ne sont pas analysés dans l’article, mais les données sont bien présentes dans le fichier source]. Au total, 1448 commentaires ont été analysés. Seules les réponses directes ont été prises en compte, les réponses aux réponses n’ont pas été analysées.

Avantage : France Télévision ne précise pas où les “centaines” de “comptes anonymes” ont publié leurs critiques de l’émission, mais l’hypothèse qui nous semble la plus probable est que ce soit sur la page Twitter de l’émission. Il serait en effet extrêmement surprenant que tous les supposés trolls aient oublié de commenter l’émission sur la page Twitter de l’émission. La prise en compte de l’intégralité des tweets permet une détection assez poussée des supposés trolls, en théorie, aucun ne devrait nous échapper. Le corpus choisi nous semble donc en théorie très favorable à une éventuelle confirmation de l’hypothèse formulée par France Télévision.

Inconvénient : le corpus Twitter secondaire est composé de commentaires essentiellement critiques de l’émission répondant à des tweets insultants à leur égard. Si ce contexte conflictuel devrait permettre d’identifier d’éventuels trolls plus facilement, cela ne permet pas une description forcément très représentative et flatteuse du groupe observé.

Justification : si le premier jeu de données de 953 tweets est suffisamment exhaustif pour permettre une réelle interprétation, les autres échantillons seront interprétés avec plus de prudence.

Récupération des commentaires : cliquer ici pour afficher

Récupération des commentaires : les données ont été collectées manuellement sur la période du 11 au 14 février par 3 personnes différentes via le site Twitter et Facebook.

Avantage : la collecte manuelle permet un excellent contrôle des échantillons qui sont tous lus et vérifiés individuellement. Il s'agit également de la solution la plus simple à mettre en oeuvre techniquement.

Inconvénient : les données sont soumises à des erreurs humaines, que ce soit des mauvais copier-coller ou des erreurs d’interprétations. La collecte par trois personnes différentes augmente également le risque d’incohérences dans le corpus.

Justification : Une importance particulière a donc été accordée aux procédures de relecture afin de vérifier l’absence d’erreurs de saisie et la cohérence des différentes données (élément plus problématique développé plus bas).

 

Comptes : cliquer ici pour afficher

Comptes : nom du compte des commentateurs. Même si ces personnes se sont exprimées publiquement et ont accepté les conditions générales d’utilisation de ces sites, nous avons décidé de les anonymiser. Dans l’échantillon Facebook, les noms n’ont tout simplement pas été relevés.

Avantage : l’article traitant d’un sujet polémique, ne pas citer ces personnes sans leur consentement nous semble plus éthique, d’autant que leur pseudo risquerait d’être associé à un article “On a retrouvé les trolls de Monsanto” dans les résultats de Google... Dans l’échantillon Facebook (n=231) la méthodologie est différente puisque les noms n’ont même pas été notés afin d’accélérer la collecte de données.

Inconvénient : l’identification des comptes est relativement importante étant donné qu’elle permet de pondérer les résultats obtenus (si une personne commente 10 fois, cela biaise les statistiques par exemple). Avec des noms anonymisés, les lecteurs ne peuvent plus repérer les comptes qui apparaissent en double, ce qui les oblige à faire confiance aux mesures effectuées par l’auteur sans possibilité de les reproduire par eux-mêmes. Dans l’échantillon Facebook, comme ces données ne sont pas relevées, une personne commentant deux fois comptera double. [Mise à jour : nous avons finalement anonymisé les comptes en mélangeant les lettres des pseudos, tout le monde peut donc refaire les calculs sans problème]

Justification : l’échantillon Facebook (n=231) étant secondaire et servant seulement à confirmer ou non les tendances de l’échantillon Twitter principal (n=953) l’absence des noms ne devrait pas être trop pénalisante. Quant au manque de transparence via l'anonymisation des commentaires, l’auteur de l’article peut communiquer les données complètes sur demande par MP si cela est nécessaire.

 

Tweets / Abonnés / Abonnements : cliquer ici pour afficher

Tweets / Abonnés / Abonnements :  nombre de tweets publiés par le commentateur, de personnes abonnées à ce dernier, et son nombre d’abonnements. Ces données permettront de confirmer ou non l’affirmation sur le faible nombre d’abonnés. Le nombre d’abonnements et de tweets a également été ajouté afin d’affiner les données.

Avantage : en plus du simple nombre d’abonnés, relever la quantité de tweets nous offre une donnée intéressante pour identifier d’éventuels faux comptes. Le nombre d’abonnements permet quant à lui d’établir le rapport abonnés/abonnements qui permet d’estimer grossièrement l’influence d’un compte Twitter, un rapport plus faible chez les critiques de l’émission pouvant être un indice allant dans le sens de l’hypothèse de France Télévision.

Inconvénient : multiplier le nombre de mesures augmente les risques de mesurer un faux positif sans réelle signification. Ces critères semblent également bien insuffisants pour détecter des faux comptes à eux seuls.
Justification : il conviendra donc ne pas surinterpréter les résultats isolés, qu’ils soient dans un sens où dans l’autre, identifier des comptes douteux est complexe. En revanche, ces mesures sont parfaitement adaptées pour vérifier le sérieux ou non des accusations de France Télévision (les critiques ont-ils réellement très peu d’abonnés ?).

 

Profession : cliquer ici pour afficher

Profession : profession du commentateur. Elle est définie en se basant sur la bio Twitter ou Facebook uniquement. Les autres indices évidents (messages, photos, nom, etc.) ne sont pas pris en compte. Certains métiers ont été reformulés (paysan, céréalier, éleveur = agriculteur par exemple). Cette donnée permettra d’en savoir un peu plus sur les hypothétiques trolls.

Avantage : se restreindre à la bio facilite grandement la collecte des informations et diminue les risques d’incohérence des données (puisqu’il n’y a plus réellement d’interprétations personnelles ni d’enquête à faire).

Inconvénient : de nombreux métiers connus n’ont pas été pris en compte puisque non renseignés dans la bio, alors que l’information semblait évidente (commentaire affirmant “je suis cultivateur” par exemple). Les métiers sont auto-déclarés, il est donc possible que ces affirmations ne soient pas fiables. Il existe aussi un biais d'échantillonnage majeur : tous les métiers ne donnent pas tous autant envie d’être affichés publiquement, ce qui peut inclure une surreprésentation de certaines catégories.

Justification : ce critère est donc à prendre en compte seulement dans un but comparatif et avec de grosses pincettes. Il est impossible d’établir des statistiques sérieuses sur les professions des commentateurs, seulement de très vagues tendances.

 

Véritable identité : cliquer ici pour afficher

Véritable identité : le commentateur s’exprime t-il en son nom ou derrière un pseudo ? Si le nom (complet) et le prénom (même incomplet) est lisible, nous considérons qu’il n’est pas anonyme. Ce critère permettra de vérifier ou non l’hypothèse de France Télévision sur les détracteurs anonymes.

Avantage : ces critères sont très simples, ce qui limite les erreurs dans la collecte de données et les incohérences en fonction de l'exécutant.

Inconvénient : ces critères sont très arbitraires. Ainsi, @EnvoyéSpécial serait théoriquement classé comme anonyme, alors que “Jean Dupont” sans bio, sans abonné et sans photo de profil est considéré comme étant une véritable identité. Il existe un nombre important de combinaisons de critères possibles, celle retenue n’est pas plus pertinente qu’une autre.  En d'autres termes, notre détection est très spécifique (un cas détecté comme anonyme le sera réellement) mais très peu sensible (beaucoup d'anonymes passeront entre les mailles du filet grâce à un faux prénom/nom).

Justification : ce critère est relativement subjectif, il convient donc de le considérer comme une tendance plutôt qu’une donnée absolument fiable.

 

Année d'inscription : cliquer ici pour afficher

Année d'inscription : en quelle année les comptes qui s’expriment ont-ils été créés ? Ces dates permettront de vérifier l’hypothèse de France Télévision à propos des inscriptions récentes. Nous n’avons pas relevé ces données pour Facebook.

Avantage : la prise en compte de l’année seulement et non pas le mois d’inscription permet de faciliter la collecte et le traitement des données.

Inconvénient : ne pas prendre en compte les mois rend l’exploitation de l’année 2018 délicate. Un compte créé en décembre 2018 est plutôt louche contrairement à un compte créé en janvier 2018, en ne considérant que l’année sans les mois d’inscriptions, nous mettons ces deux cas dans la même catégorie.

Justification : ce critère est donc particulièrement sévère puisque tous les comptes de moins d’un an sont considérés comme récents. Si ces critères sont excessifs et augmenteront le taux de faux positifs, les résultats obtenus auront le mérite d’éviter les faux négatifs.

 

Insulte : cliquer ici pour afficher

Insulte : les commentaires contiennent-ils des insultes ? Quelles expressions ont été utilisées ? Ces critères permettront d’estimer le niveau de violence du débat. Seuls les propos visant une personne ou un groupe de personnes ont été retenus. Ont été retenus par exemple : “émission caricaturale” , “putes” , “honte à certains députés” , “grand n’importe quoi”.

Avantage : France Télévision n’a certes pas pointé du doigt les insultes reçues, mais en associant ses détracteurs à des “trolls” cela pouvait être une interprétation possible. Si les données montrent des insultes fréquentes et intenses, cela pourrait expliquer en partie le qualificatif de “troll” qui a été utilisé. Les critères retenus pour identifier les insultes sont très larges afin de ne pas laisser passer des petites brimades qui peuvent sembler anodines mais qui pourraient être considérées comme choquantes par d’autres personnes, en particulier du fait de leur caractère répété.

Inconvénient : cette mesure est extrêmement subjective, tout le monde ne lit pas les commentaires de la même façon. Une affirmation anodine pour l’un peut sembler insultante pour l’autre (par exemple, “religion” n’est objectivement pas une insulte, mais dans le cadre d’un débat scientifique, cette comparaison est dégradante. Nous l’avons comptabilisée en sachant très bien que certaines lecteurs ne l’auraient peut-être pas fait). Il est également difficile de garantir la cohérence absolue des données, si le dixième tweet peut sembler insultant, il semblera peut-être anodin au relecteur au bout du 1 200ème.

Justification : les insultes étant extrêmement subjectives, nous avons effectué une phase de relecture assez poussée afin de compenser ce problème (quatre personnes ont passé en revue les données en aveugle pendant 3 jours afin de corriger les incohérences et erreurs). Il convient cependant de prendre cet indicateur avec des pincettes et de garder en tête que notre définition d’ “insulte” est extrêmement sévère.

 

Sarcasme : cliquer ici pour afficher

Sarcasme : la présence de sarcasme dans les commentaires est relevée afin d’identifier les commentaires désobligeants mais non insultants.

Avantage : il s’est rapidement avéré que prendre en compte les insultes favorisait les commentaires critiques vis-à-vis du glyphosate qui exprimaient moins d’insultes violentes que la moyenne tout en se moquant discrètement de l’émission. La prise en compte des sarcasmes permet d’identifier et de quantifier ces comportements. Par ailleurs, des sarcasmes reçus de façon répétée peuvent rapidement s’apparenter à du harcèlement.

Inconvénient : cette catégorie a été ajoutée en cours de route dans le but de mettre en avant un résultat plus critique vis-à-vis des commentaires favorables au glyphosate. D’un point de vue méthodologique, ce bricolage est très discutable… Notons également qu’au même titre que les insultes, ce critère est extrêmement subjectif.

Justification : la prise en compte des sarcasmes étant extrêmement subjective, les mêmes procédures que pour les insultes ont été mises en place afin de compenser les différents biais (relecture à plusieurs et en aveugle).

 

Positionnement : cliquer ici pour afficher

► Positionnement : le commentaire soutient-il l’émission ou est-il plutôt critique ? En cas de propos ambigus, une rapide enquête est effectuée en consultant le profil de la personne. Si on ne constate pas de prise de position tranchée et évidente, le commentaire est classé comme “invalide”. Si le commentaire est hors-sujet ou ne prend pas clairement position (“C’est à quelle heure ?” par exemple) il est considéré comme “neutre”. Le positionnement concerne les commentaires et non pas les comptes, une personne peut donc apparaître dans plusieurs catégories à la fois (mais c’est extrêmement rare en pratique).

Avantage : ce critère est extrêmement important étant donné qu’il conditionne tous les autres résultats obtenus. Il est assez simple à évaluer et en dehors de cas exceptionnels, il ne porte pas à débat.
Inconvénient : certains commentaires sont ambigus : si quelqu’un écrit “MDR” il n’est pas possible de savoir s’il rit de l’émission ou avec l’émission.
Justification : les cas ambigus étant rares, ils ne devraient pas significativement influencer les résultats.

 

Score Botsentinel : cliquer ici pour afficher

Score Botsentinel : cet indicateur évalue les comptes Twitter sur une échelle de 0 à 100 afin de détecter d’éventuels bots. 0-24 est considéré comme normal, 25-49 tolérable, 50-74 problématique et 75-100 est alarmant. Si France Télévision ne mentionne pas explicitement la présence de bots, son insistance sur les comptes twitter douteux peut éventuellement le sous-entendre, il semble donc raisonnable de vérifier cette hypothèse. L’obtention des données se faisant manuellement et l’opération étant extrêmement chronophage, nous avons donc décidé - pour les comptes de soutien - de n’évaluer qu’un échantillon aléatoire que l’on supposera représentatif de l’ensemble (104/459). Les soupçons se portant sur les comptes critiques, pour ce groupe, l’intégralité des comptes a été vérifiée (204).

Avantage : le choix de botsentinel.com est purement pratique (il propose un plugin facilitant les évaluations) nous supposons que son efficacité est satisfaisante.

Inconvénient : si nous supposons que les critères de botsentinels sont pertinents, nous ne pouvons ni le vérifier, ni le confirmer. Aucune personne compétente sur le sujet n’a été consultée afin de choisir la solution la plus adaptée.

Justification : les résultats de botsentinels sont à interpréter avec des pincettes, seules des différences très importantes devront être prises en compte étant donné les incertitudes autour de leurs critères. En d’autres termes, nous ne traquons pas 2 ou 3 bots supplémentaires dans un groupe, mais plutôt 20 ou 30. L’hypothèse de France Télévision faisant appel à plusieurs centaines de commentaires malveillants, supposer une implication massive de bots semble être un scénario raisonnable. Nous attendons donc un résultat extrêmement marqué afin de soupçonner une manipulation.

 

Analyses sémantiques : cliquer ici pour afficher

Analyses sémantiques : quels termes reviennent le plus souvent ? Afin de répondre à cette question nous avons analysé les 941 commentaires valides séparés en trois groupes (critiques/soutiens/neutres) avec le logiciel d’analyse sémantique “R.Temis”. Le terme “glyphosate” surutilisé est ignoré.

Avantage : l’analyse sémantique nous permettra de repérer d’éventuels comportements suspects, si des bots ou un groupe de personnes ont voulu faire passer un message en nombre, que ce soit via des copier-collers ou un vocabulaire particulier, nous le verrons.

Inconvénient : les résultats ne sont pas parfaitement objectifs puisque les termes trouvés doivent être analysés (science et scientifique ont la racine “scien” en commun par exemple, il faut donc se demander si nous les considérons comme un seul mot ou deux termes distincts. D’où la part de subjectivité des résultats, même si cela ne semble pas poser de difficultés particulières). Les résultats ne sont pas pondérés, si quelqu’un écrit deux fois un mot, il compte deux fois, tout simplement. Comme nous analysons beaucoup de commentaires, seuls les effets majeurs sont perceptibles ici (il faudrait probablement une meilleure maîtrise du logiciel pour se permettre une analyse plus fine des résultats). Si une “attaque” de faible ampleur est faite, nous risquons de la rater.

Justification : France Télévision parle d’une attaque d’une extrêmement grande ampleur, le terme “systématiquement” est employé ce qui laisse entendre que les “trolls” ou les bots sont très nombreux à avoir repris des éléments de langage spécifiques.

 

Analyses statistiques : cliquer ici pour afficher

Analyses statistiques : Le seuil de significativité a été placé à 0.05 pour chaque test. Cette partie a été réalisée par Sceptom.

Nombre de tweets par compte : les distributions du nombre de tweets par compte en fonction de leur position critique ou en soutien de l’émission ont été comparées par le test de Wilcoxon-Mann-Whitney, en raison de leur distribution fort éloignée d’une distribution normale. L’hypothèse testée est que des trolls auraient tendance à être beaucoup plus actifs que des comptes authentiques.

Nombre d’abonnés : des comptes de troll devraient avoir très peu d’abonnés. Si les commentaires critiques proviennent majoritairement de trolls, cela devrait se voir dans le nombre d’abonnés. Le test t de Student a été utilisé pour comparer les moyennes du nombre d’abonnés pour les comptes se montrant critiques de l’émission par comparaison avec ceux qui la soutiennent. Les comptes ayant faits des commentaires à la fois critiques et de soutien ont été retirés de ce test.

Rapport abonnés/abonnements: ce rapport peut donner une estimation de l’influence d’un compte Twitter, un rapport élevé dénotant une influence plus grande. Un compte de troll devrait avoir une influence relativement faible. Pour comparer ce rapport entre les comptes critiques et ceux en soutien à l’émission, le test t de Student a été utilisé.

 

Disponibilité des données : Le tableur (.xlsx) est téléchargeable sur ce lien.

Analyse des commentaires :

Un torrent de critiques ?

D’après France Télévision : “Personne, à France 2, n’avait jamais vu un documentaire se faire attaquer de cette manière sur les réseaux sociaux.”

Sur notre échantillon de 941 commentaires valides, 30% dénigrent effectivement l’émission alors que 63% semblent plutôt la soutenir. S’il ne s'agit peut-être pas d’une déferlante de critiques, leur répartition est intéressante puisque les enjeux politiques (qui occupent une part importante des commentaires) n’ont presque jamais été contestés, contrairement aux autres aspects plus techniques fortement attaqués. Par endroits, cela donnait donc réellement l’impression d’une vague de critiques.

L’analyse des données Facebook a également apporté des résultats similaires (23% de critiques contre 60% de soutiens).

Nous n’avons en revanche relevé aucune différence significative (N=678, p=0.057) dans le nombre de messages par personne, les opposants ont rédigé 1,37 en moyenne contre 1,26 pour les soutiens de l’émission.

Résumé : France Télévision a raison lorsqu’ils affirment avoir été fortement critiqués sur les réseaux sociaux. S’il est difficile de savoir si cette situation est réellement sans précédent ou non, la contestation est dans tous les cas assez importante.

Limites : L’émission a également été attaquée ailleurs sur Twitter (pas forcément en réponse à Envoyé Spécial) ce qui n’est pas pris en compte ici. Nous ne connaissons pas non plus le taux de critique normalement attendu des émissions de ce genre.

Des comptes fantômes ?

France Télévision déclare que les comptes de leurs opposants ont “très peu d’abonnés”.

Nous avons constaté une moyenne de 410 abonnés chez les critiques contre 373 pour les soutiens de l’émission et 358 avec les neutres. La différence entre les comptes critiques et les comptes en soutien n'est donc pas significative (N=670, p=0.692).

Il est également possible de calculer le rapport abonnés/abonnements permettant d’estimer - vaguement - l’influence d’un compte Twitter (si les gens s'abonnent à un compte même si ce dernier ne s’abonne pas en retour, c’est qu’il est probablement important). Celui-ci est significativement plus grand chez les critiques (1,09) que chez les soutiens (0,73) ou encore les neutres (0,61). La différence à l’avantage des opposants est assez marquée (+48% par rapport aux soutiens, N=666, p=0.028).

Le nombre total de tweets publiés ne montre pas de différences importantes. Il est légèrement inférieur en moyenne chez les comptes critiques (8 273) par rapport aux soutiens (11 153) ou aux neutres (8 470).

Résumé : L’affirmation de France Télévision sur les opposants avec très peu d’abonnés est fausse, on ne constate pas de réelles différences entre les groupes. Les critiques ont en revanche un meilleur rapport abonnés/abonnements.

Limites : Il est difficile de savoir jusqu’à quel point la plus forte popularité des comptes critiques constatée est significative.

critiques d'Envoyé Spécial  soutiens d'Envoyé Spécial  neutres

L’absence de résultats significatifs en faveur de l’hypothèse de France Télévision pourrait s’expliquer par un nombre de “trolls” plus faible que prévu. Dans ce cas, comparer les moyenne de l’ensemble des comptes aurait pour effet de noyer les cas réellement douteux dans la masse. On peut donc examiner des critères plus spécifiques.

Si nous relevons la proportion de comptes avec moins de 100 abonnés, nous constatons qu’elle est de 43% chez les critiques contre 61% chez les soutiens de l’émission et 57% pour les neutres. Nous obtenons des résultats similaires avec le rapport abonnés/abonnements de moins de 1/2 (47% contre 64% et 64%).

Deux autres scénarios plus sévères ont été testés et ont révélé les mêmes tendances.

Résumé : La proportion de comptes avec très peu d’abonnés, ou très peu de tweets, ou avec un rapport abonnés/abonnements très bas, est à chaque fois plus faible chez les opposants de l’émission.

Limites : Selon le scénario et le critère retenu, la différence à l’avantage des commentaires critiques est parfois assez faible.

Des éléments de langage ?

France Télévision nous indique que les commentateurs critiques “ont systématiquement répercuté sur Twitter les éléments de langage de certains lobbys”.

L’analyse sémantique des 941 tweets valides nous permet de nous faire une idée des termes les plus couramment utilisés par les différents groupes.

Sur Twitter, les opposants ont particulièrement employé les termes associés à “scientifique” , “journalisme”, “émission”, “bio”, et “envoyé spécial”. Ces résultats étaient attendus et ne suggèrent pas l’existence d’éléments de langage particuliers. La sémantique des soutiens de l’émission est quant à elle plutôt marquée par les réactions politiques : “député”,”LREM”, “votes”.

Afin d’aller plus loin que les soupçons initiaux de France Télévision, nous avons vérifié les commentaires Facebook : les principaux termes utilisés par les opposants sont “France” , “produits”, “importations”, “OGM”, ces résultats très légèrement hors-sujet et assez précis sont bien plus surprenants.

Résumé : L’affirmation de France Télévision sur les éléments de langage systématiquement repris sur Twitter semble fausse, aucun terme particulier ne monopolise les critiques. Sur Facebook en revanche, l’hypothèse ne peut pas être écartée.

Limites : L’emploi du terme “systématiquement” rend la réfutation de l’hypothèse de France Télévision trop facile. Les données Facebook sont moins solides (53 commentaires). L'analyse faite est assez simple et ne permet d'écarter que l'hypothèse extrême avancée par  France Télévision.

Après une vérification manuelle des termes suspects, nous avons trouvé 9 commentaires reprenant effectivement des éléments de langage assez proches : les cultures OGM importées contiendraient beaucoup de glyphosate, contrairement aux agriculteurs français qui ne l’utilisent qu’entre deux cultures.

Sur les 9 comptes concernés, 3 ne donnent pas d’informations, 3 indiquent des professions agricoles, et les 3 derniers ont répondu à nos sollicitations : il s'agit tous d’agriculteurs sidérés par le traitement partial de leur profession par le reportage d’Envoyé Spécial.

Nous avons retrouvé l’origine probable de l’argument avancé : un communiqué de la Coordination Rurale[8]La vérité sur les contaminations de glyphosate : consommateurs trompés, agriculteurs brimés et un gouvernement piégé par la malhonnêteté des associations écologistes ! Coordination Rurale largement relayé dans ce milieu (au moins 3k partages sur Facebook). Ce raisonnement étant assez naturel pour un agriculteur, nous pouvons également envisager qu’il puisse s'agir d’une simple coïncidence.

Tous ces éléments sont cohérents et indiquent une possible reprise “d’éléments de langage” volontaire ou non d’un syndicat agricole par des agriculteurs authentiques, ce qui ne semble pas particulièrement surprenant. Le faible nombre de cas observés (9 commentaires) invalide l’hypothèse d’une tentative de placement d’éléments de langage à grande échelle par une entité quelconque.

Résumé : Des éléments de langage de syndicats agricoles sont probablement relayés par de vrais agriculteurs.

Limites : Le lien entre les arguments utilisés et la Coordination Rurale est assez fragile et ne se base sur aucun élément solide.

Tous anonymes ?

France Télévision prétend que “la plupart des attaques proviennent de comptes anonymes”.

Sur les 206 utilisateurs ayant émis un avis critique, 71% cachaient effectivement leur identité. Cette proportion est en revanche davantage marquée chez les soutiens de l’émission où elle atteint 93%. Les comptes neutres obtiennent quant à eux 87%.

France Télévision oublie cependant de mentionner Facebook : un réseau social où l’utilisation de sa véritable identité est la norme, comme le confirme d’ailleurs nos données (7% d’anonymat en moyenne, sans différence entre les groupes). Même si cet oubli est probablement involontaire, se focaliser sur Twitter pour critiquer l'anonymat des détracteurs donne une impression assez trompeuse de la situation.

Résumé : France Télévision a raison en affirmant que la plupart des opposants sont anonymes, mais ils sont nettement plus nombreux à l’être chez les soutiens de l’émission. L’anonymat étant la norme sur Twitter, insister sur ce point n’était pas pertinent.

Limites : Il existe plusieurs façons de mesurer l’anonymat d’un compte, les critères retenus ont une certaine part de subjectivité (voir méthodologie).

Il est possible d’aller plus loin encore en relevant les professions des intervenants, ces données nous permettront d’en savoir un peu plus sur leur profil.

On constate dans un premier temps qu’environ un tiers des commentateurs critiques ont renseigné leur métier (29%), une proportion bien supérieure à celle retrouvée chez les soutiens de l'émission (7%) et les neutres (12%). Sur Facebook, les tendances relevées sont identiques.

Les métiers que nous allons analyser s’appuient donc sur un échantillon réduit du panel et sa représentativité est loin d’être assurée (voir méthodologie).

Résumé : Les opposants indiquent nettement plus souvent leurs professions que les soutiens de l’émission.

Limites : Seuls les métiers inscrits dans la “bio” Twitter sont pris en compte ici.

Nous avons comptabilisé au total 88 métiers sur Twitter et 34 sur Facebook (en excluant les comptes neutres trop peu nombreux).

Les opposants ayant renseigné leur métier s’incluent très largement dans le monde agricole (58%) et d’une façon plus modeste, scientifique (19%).

Les soutiens de l’émission ayant renseigné leurs métiers ne sont surreprésentés par aucun secteur particulier. On notera seulement par opposition, l’absence des métiers agricoles (0%) et scientifiques (3%). 

Sur Facebook, on retrouve les mêmes tendances.

 

Résumé : L’émission semble avoir été largement critiquée par des agriculteurs et dans une plus modeste mesure, des scientifiques.

Limites : Les métiers indiqués ne sont qu’une fraction du panel réel, et il n'est pas possible de vérifier leur véracité.

Des comptes récents ?

D’après France Télévision, les comptes critiques sont “récents”.

Aucun des 206 comptes critiques valides ne date de 2019, c’est-à-dire quelques jours à peine avant l’émission. Seuls 14% se sont inscrits en 2018, les 86% restants sont donc relativement anciens. Ces taux sont respectivement de 3%, 19% et 77% chez les soutiens de l’émission. On ne constate donc pas d’importantes différences entre les trois groupes.

Résumé : L’affirmation de France Télévision sur les comptes récents est fausse. On ne constate pas de réelles différences dans les années d’inscriptions entre les groupes étudiés.

Limites : Pour des raisons pratiques ces résultats sont arrondis à l’année alors qu’une comparaison au mois aurait été bien plus adéquate.

Identification des "trolls"

France Télévision affirme que “ des centaines de comptes anonymes, récents et avec très peu d’abonnés, ont systématiquement répercuté sur Twitter les éléments de langage de certains lobbys, créant un effet de masse et un effet d’entraînement impressionnant. “

Afin d’identifier précisément les cas signalés par France Télévision, nous avons “traduit” cette description en différentes variables que nous avons appliqué à l’ensemble des 715 comptes Twitter valides. Les critères retenus étant très larges, nous pouvons nous attendre à un nombre important de faux positifs. En contrepartie, nous sommes certains qu’aucun cas ne passera entre les mailles du filet.

L’application de ce filtre nous renvoie six comptes possiblement “trolls” selon les critères de la chaine (sur un total de 205 comptes critiques, soit 3%). Aucun n’a publié plus de 3 tweets en réponse à Envoyé Spécial, et seulement 2 ont été créés quelques semaines avant l’émission.

Résumé : L’affirmation de France Télévision indiquant des centaines de “trolls” est fausse. Nous avons seulement trouvé six comptes qui correspondaient à leurs critères.

Limites : Nos critères sont largement en faveur de l’hypothèse France Télévision, des variables plus réalistes indiquent plutôt deux cas. Nos résultats ne concernent que les réponses à Envoyé Spécial, les comptes s’étant exprimés ailleurs n’ont pas été analysés.

Nous avons désormais une liste nominative des six comptes correspondant aux critères “trolls” de France Télévision, nous les avons donc contacté afin de comprendre leurs motivations :

Grammofon5 : cliquer ici pour afficher

► Grammofon5 :

Je m’appelle donc Pierre Faudet et mon inscription sur Twitter est avant tout due au fait que je voulais suivre de plus près certains créateurs de contenu sur Internet, notamment ceux qui traitent de l’esprit critique, de la zététique et de la science. Je n’interagis que très peu par nature, et je crois que mes tweets se comptent sur les doigts de la main ou presque (17 tweets) (à noter que j'avais un autre compte crée en mars 2017 supprimé depuis).

Ce qui me motive à interagir avec certains tenants, c’est que sous couvert de délivrer une position éclairée sur un sujet épineux, ils prennent une position déjà tranchée et essaient de convaincre qu'ils ont raison en utilisant des biais. Me considérer comme troll montre à mes yeux que ceux dont je suis le détracteur entretiennent ces biais pour convaincre. Par ailleurs, Il m’arrive (peu souvent) de donner un avis tout à fait personnel peut-être plus assuré, mais de manière générale, je ne suis pas à l’aise avec les positions dogmatiques. Elles divisent, un peu par définition, alors qu’il serait plus enrichissant de nuancer nos propos pour faire avancer le débat.

Quant à l’accusation d’être envoyé par des lobbies ou même être payé par eux, et bien qu’ils le prouvent. Après tout, c’est la règle de la charge de la preuve. Grammofon5

MarRelelouche : cliquer ici pour afficher

► MarRelelouche :

Ce qui me motive ? Les faits, l'analyse de spécialistes et non les discours idéologiques qui se nourrissent des éléments validant leurs thèses. Le monde est compliqué et voir ces discours simplistes gagner l'opinion public me désole (bien/mal, bon/mauvais).

Je m'informe pour transmettre et affûter mon esprit critique afin de ne pas répéter ou croire tout ce que l'on me donne comme informations. Je ne suis pas un troll envoyé par quelconque lobbies, au pire un pointilleux sur les faits. Je n'ai que seul intérêt, d'etre informé dignement. MarRelelouche

Bunny714294 : cliquer ici pour afficher

► Bunny714294 :

J'ai commenté car l'émission n'était pas objective en plus de cela le titre c'était "comment se sortir du glyphosate ? " et au final on est pas mieux avancé. Le titre pour refléter l'émission aurait du être "il faut sortir du glyphosate !" sa aurait été plus juste. Pour information je suis technicien agricole donc je connais très bien le secteur. Bunny714294

Un moyen simple de mettre en perspective les précédents résultats est d’appliquer les mêmes critères aux commentaires soutenant l’émission.

Nos données montrent que 42 comptes correspondent à la définition de France Télévision (sur un total de 459, soit 9%). La proportion de commentateurs concernée est donc 3 fois plus élevée que chez les opposants. Ces résultats suggèrent que les accusations de France Télévision sont fausses et leurs critères peu pertinents.

Résumé : Les critères de France Télévision pour identifier les “trolls” ne sont pas pertinents et indiquent au contraire qu’ils sont plus nombreux dans leur propre “camp”.

Limites : Les critères de France Télévision étant inadaptés, il n’est évidemment pas possible de soupçonner les défenseurs de l’émission de trollage.

L’émission attaquée par des bots ?

Les critères de France Télévision auraient pu nous permettre d’identifier de faux comptes “artisanaux”, mais de vrais bots seraient probablement passés entre les mailles du filet. L’existence de telles attaques étant avérée et relativement peu coûteuse à mettre en place, nous avons décidé de vérifier la présence de bots plus attentivement.

Ce système attribue aux utilisateurs quatre mentions différentes (Normal, Tolérable, Problématique, Alarmant).

Nous constatons que les scores botsentinel sont strictement identiques entre les deux groupes. La très faible proportion de comptes “alarmants” n’est pas significative.

Nous avons également relevé le nombre de comptes supprimés chez les opposants de l’émission afin de mesurer un éventuel biais du survivant (Twitter supprime les bots ce qui minimise le taux que nous détectons) mais un seul a été effacé, ce qui n’a aucune incidence sur nos résultats. 

Résumé : Il ne semble pas y avoir de bots dans notre corpus.

Limites : Les outils de détection de bots ont une certaine limite d'efficacité.

Envoyé Spécial accusé de complotisme et de fake news ?

France Télévision a déploré l’emploi des termes “complotisme” et “fake news” pour discréditer leur travail.

Nous constatons que l’expression “fake news” revient 4 fois chez les opposants de l’émission, contre 6 fois pour “complotisme”. Nos résultats comprennent bien les différentes variantes (complot, complots, etc.). Ces insultes ne représentent donc que respectivement 1,4% et 2,1% du total des commentaires critiques.

 

Résumé : France Télévision a raison en évoquant des accusations de “complotisme” et de “fake news”, mais ces termes ne sont que rarements utilisés (10 commentaires sur 284).

Limites : L’émission a peut-être reçu ces accusations en ces termes en- dehors du corpus de réactions analysé.

Et les noms d'oiseaux ?

Si France Télévision n’émet pas d’accusations particulières, l’emploi du terme “troll” peut néanmoins involontairement laisser entendre que les opposants de l’émission sont particulièrement virulents. Nous avons donc relevé l’intégralité des insultes utilisées.

Les commentaires critiques sont effectivement très agressifs avec un total de 37% d’insultes. Ce taux reste toutefois comparable avec celui observé chez les soutiens de l’émission (37%). L’emploi de sarcasmes ne permet pas non plus de différencier clairement les deux  groupes avec une proportion de 38% contre 32% respectivement.

Sur Facebook, les insultes ne concernent que 7% des critiques contre 26% des soutiens. Cette proportion largement en faveur des opposants s’inverse entièrement lorsque nous mesurons les sarcasmes (28% contre 7%).

 

Résumé : L’emploi d’insultes est courant chez les opposants, mais pas plus fréquent que chez les soutiens de l’émission.

Limites : Notre définition d’insultes est très large afin d’éviter les faux négatifs. Il y a une grande part de subjectivité dans le traitement de ces données (voir méthodologie). Seule la fréquence est mesurée, pas la virulence des propos (“on devrait les tuer” a autant de poids que “désinformation” par exemple). Comparer les deux groupes peut induire une lecture biaisée des résultats, les torts partagés donnent l’impression d’être moins graves.

Toutes les insultes n’étant pas égales, une visualisation en “nuage de mots” permet de se  faire une certaine idée des propos tenus et de leurs fréquences.

L’interprétation de ces données est assez subjective, mais on constate des propos bien plus violents chez les soutiens de l’émission avec un nombre important d’insultes crues, déshonneurs par association et incitations à la haine. Les propos tenus par les opposants visent quant à eux principalement le sérieux de l’émission, qui est souvent qualifiée de désinformation, propagande, fake news, connerie, honte...

Attention à l’interprétation de ces données. Si on se place dans la logique des différents protagonistes, nous avons deux situations bien distinctes :

  • des commentaires dénonçant un pesticide tuant des milliers de personnes, dont des enfants, avec des politiciens corrompus et complices.
  • des commentaires dénonçant un reportage manipulateur ne respectant ni les agriculteurs, ni le consensus scientifique.

Il n’est donc pas possible de comparer ces deux entités sans clairement avantager les critiques de l’émission bien moins “provoquées”. Nous constatons que dans l’absolu, ce groupe a été le moins virulent, mais on ne peut pas certainement pas généraliser cette conclusion.

 

Résumé : Les insultes des opposants de l’émission ont été violentes. Celles des soutiens sont bien plus fortes encore, mais elles s’inscrivent dans un contexte très différent.

Limites : La comparaison entre les deux groupes est profondément inégale.

Cartographie du réseau :

Les attaques de France Télévision contre les critiques, et la journaliste Géraldine Woessner en particulier, ont incité la création d’un hashtag en réponse.

L’objectif de ce mouvement est de mettre en avant le manque pertinence des accusations de “trolls anonymes” en dévoilant le background scientifique des soutiens de la journaliste. Si tous n’ont pas critiqué l’émission, on notera à l’inverse qu’une part importante des opposants d’Envoyé Spécial a participé à cette initiative.

Nous utiliserons donc ce hashtag afin d’en apprendre davantage sur cette communauté. En analysant les relations entre 1134 tweets, il nous est possible de dessiner une carte de ce réseau et d’identifier les membres les plus influents, ce qui nous permettra de nous faire une idée plus précise de la situation. Nous avons également contacté les principaux concernés afin de mieux comprendre les motivations de chacun.

Pour des raisons techniques, il ne nous a pas été possible d’enregistrer les premiers tweets de ce hashtag, l’échantillon manquant est pourtant assez conséquent, il faut donc considérer ces résultats comme partiels.

 

Méthodologie : cliquer ici pour afficher

► Méthodologie : Les données ont été récoltées automatiquement avec NodeXL et couvrent la période entre le 31 janvier et le 9 février 2019. Les tweets ont été sélectionnés avec le terme “soutiengw”. Les mentions/réponses entre les tweets ont servi de base afin d’établir les connexions entre les différents comptes. Les données ont été mises en forme avec le logiciel Gephi avec une spatialisation “Force Atlas 2”. Les couleurs sont réglées sur “Modularity Class” (une estimation automatique des communautés). La taille des cellules est réglée sur “Degrés entrants/sortants pondérés” (nombre de connexions entre les tweets, en prenant en compte les tweets multiples). La taille du texte est proportionnelle à la taille des cellule. Les quelques comptes isolés sans aucune connexion ont été supprimés manuellement.

On notera que le compte de Géraldine Woessner elle-même (au centre) est passif, ne montrant pas d'activité particulière autour du hashtag #soutienGW. Les profils les plus actifs correspondent à la communauté des “rationalistes”, contrairement à ce que nous pouvions attendre, aucun agriculteur ne se démarque ici.

Géraldine Woessner est naturellement la personne la plus citée ici. On note également la forte présence d’Evidence Based Bonne Humeur qui a produit des visuels humoristiques sur le thème du hashtag, ce qui explique probablement son importance. On repère Emmanuelle Ducros, une autre journaliste qui a activement critiqué Envoyé Spécial et qui est elle aussi l’objet d’attaques. Damkyan Omega ressort de cette cartographie, il est justement l’un des initiateurs du hashtag.

Certaines interviews ont été synthétisées, voici les versions complètes :

Damkyan_Omega : cliquer ici pour afficher

► Damkyan_Omega :

Je suis un scientifique, j'ai une formation totalement pas académique, j'ai bossé comme jardinier paysagiste, j'ai fait plusieurs jobs et j'ai fini par retourner dans la science après avoir fait pas mal de choses.

Je dois dire que c'est une accumulation du tout et n'importe quoi. Je fais déjà parti des NoFakeMeds avec la tribune d'avant (pas parmis les 124 médecins, mais après coup) pour ce qui est des pseudosciences et de la place qu'elles ont dans les médias. Sinon j'ai commencé à m'intéresser à Séralini dès les années 2007-2009 (même si je n'étudiais pas la science encore) mais le mec est invité comme caution scientifique alors que la majorité du monde scientifique le désavoue. Ce mec ne publie que des publications très faibles et d'un niveau scientifique discutable avec des stats et des sur-interprétations de partout. Et on l'invite pour le présenter comme une victime en lui donnant 20 minutes de temps d'antenne...

Il y a aussi depuis le début d'années plein d'articles ridicules publiés qui sont un ramassis d'anti-sciences et de solution idiotes Que rien ne soutient Et là, l'émission de Lucet avec son Envoyé Spécial qui joue sur l'affect, les gens et qui invite Séralini, qui présente des faits à moitié vérifié, qui ne donne pas UNE solution sur comment sortir du Glyphosate, le titre était "Comment s'en sortir"... Aucune réponse, juste faire peur aux gens. Tout était faible sur le fond et les journalistes comme Foucart, Waleckx, Dauvergne se serrent les coudes et soutiennent à fond parce que si tu dis du mal = payé par Monsanto Les mecs enchaînent les réponses sur la forme et attaquent leurs collègues journalistes comme des chacals sur la forme. Rien sur le Fond. Foucart sort de temps en temps une publi, mais souvent en tire qu'un tableau de ce qu'il veut bien lire, sans regarder les conclusions, etc. Donc c'est de la manipulation de données.

La Science se fait pisser dessus, et les scientifiques traités de trolls parce qu'on ne veut plus qu'on dise n'importe quoi, et l'émission sur le Glyphosate est la goutte de trop... Damkyan_Omega

Aatea : cliquer ici pour afficher

► Aatea :

J'ai commencé à réagir il y a un certain temps lorsque totalement par hasard, j'ai vu un reportage sur un gamin ayant besoin de lipase, ce gamin avait la muco et cette lipase produit par du maïs gm permettait de réduire le nombre de gélules qu'il devait prendre (de mémoire de 12 gélules à 3 gélules).

J'étais à l'époque anti-gm j'ai commencé à me renseigner via un forum où je suis "tombé" sur un blogueur qui maîtrisait le sujet. J'ai découvert aussi le cynisme des anti science qui se moquaient totalement des conséquences de leur actes. (bien entendu la start up qui a développé cette lipase à disparu, "grâce" aux anti-sciences et aux politiques...)

Donc c'est le début de ma "prise" de parole, petit à petit d'anti (anti-gm, anti-chimie, ...) j'ai commencé à écouter le discours rationnel. Maintenant pour le glyphosate, je ne le défends pas je défends le rationalisme et je lutte contre la pensée magique. j'essaye de faire comprendre à mes interlocuteurs que leur raisonnement est totalement illogique (sachant que je suis un ancien anti, je les comprends j'espère assez bien, même si je ne me suis pas autant enfoncé dans l'obscurantisme que beaucoup).

Aatea

Alain_co : cliquer ici pour afficher

► Alain_co :

Je suis un vieil ingé de 53 ans, qui a vu Apollo rangé au placard, et je suis tombé sur la fusion froide et le glyphosate par accident, et là je suis en colère

Enfant, je me suis intéressé aux sciences et aux technologies, formé d'ailleurs avec des livres des années 30. J'ai appris le poste à galène, la penthode, alors qu’on en était au circuit intégré. Je suis devenu ingénieur informatique avec passion, entré dans un secteur de R&D où j'ai fait un peu de veille technologique, et d’évangélisation « comme on dit »..

Vers 1993 je suis tombé sur des papiers sur la fusion froide sur Internet et j'ai conclus après la lecture de 1000 abstract que ça mériterait de creuser, et que rien de l’avait enterré (« au pire si c’est une erreur, les ingénieurs vont trouver une application à cette erreur si étrange et insoluble »)… Vers 2012 je me suis reconnecté à ce sujet et je suis devenu un veilleur bénévole. Ce sujet est très complexe, et une fois les questions techniques à peu près établies, il m’est apparu que le cœur du problème était épistémologique, cognitif, entre Thomas Kuhn, Feyerabend, Pasteur et Semmelweis avec une pointe de groupthink de Roland Benabou… Je me suis donc sensibilisé à la « psychiatrie de la science » et des décisions associées.

J’ai commencé à faire un travail d’évangélisation, à construire un réseau qui me surprend moi-même. J’ai décidé de communiquer sur Twitter pour relayer mes trouvailles, les annonces, et là je me suis connecté à des sphères d’intérêts technologiques, pour le plaisir.

J’ai redécouvert des « pattern » de délire que je connaissais bien, et d’autres, notamment le mouvement anti-technologique, malthusien, les anti-tout, les pseudo-sciences… j’ai découvert des sphères rationalistes, des agriculteurs, des éco-modernistes, des pro-nucléaires, des biologistes… et aussi divers types d’allumés, et même des combats qui raisonnent avec ma vie, comme l’autisme…

Depuis quelques trimestres, il me semble de plus en plus clair qu’il y a un mouvement anti-technologie dominant, (je pourrais en parler des heures, poser des questions, il faudrait faire une conférence), et soyons clair j’oscille entre fureur, envie d’agir, et désespérance… tout seul jusqu’à #soutienGW. Dur d’en parler à ma famille, mes collègues, je me sens hors de la pensée politiquement correcte, un peu comme un athée en Arabie Saoudite.

Sur le glyphosate j’ai suivi les échanges de divers blogueurs, experts pour certains, des rationalistes, les papiers, mais aussi les critiques. Je travaille beaucoup en me basant sur la compétence des critiques, ne faisant que peu confiance dans la mienne, sauf pour détecter les enfumages grossiers… ça marche bien.

Je n’en peux plus, j’ai un sentiment de vivre dans une version anti-scientifique d’une société en dérive théocratique… On s’assied sur tout ce que la science a établi, et on rejette ce que les ingénieurs ont créé. Vu mon métier c’est quelque chose de personnel, et vu mon histoire familiale, je suis attaché au progrès, car le passé n’était pas rose.

Je ne suis payé par personne, j’y perds de l’argent en voyage, et du temps sur Internet. C’est une affaire personnelle en fait, avec mon éthique humaniste d’ingénieur.

Les conspirations je n’y crois pas… on me dit naïf, mais la bêtise et les idéologies expliquent tout… j'en peux plus… ça crée des drames.

À la base mon seul but c’est de lancer la fusion froide, d’abord une recherche normale, bien financé, hors des garages, et là je vois que je suis dans un asile de fou furieux réactionnaires, anti-science, conspirationniste… ce serait marrant si je ne comprenais pas que quoi que je montre et démontre, tout ce qui marchera, ou pourrait marcher sera refusé, comme le glyphosate, le nucléaire, les OGM… parce que ça marche.

Le plus sympa dans cette histoire c’est que suite à cette affaire, aux bannis de Foucart, j’ai rencontré des gens tout aussi choqués par la situation, et peut être nous ferrons quelque chose. Il y aura un avant et un après #soutienGW. Alain_co

AtheeIV : cliquer ici pour afficher

► AtheeIV :

Il est rare de voir des journalistes en vue remettre en cause des préjugés aussi partagés dans la société que celui du glyphosate. Cela demande beaucoup de courage et d’honnêteté intellectuelle. Très vite les attaques ad hominem ont commencé à pleuvoir sur GW de sa propre profession, de personnes qui avaient choisi la facilité et le confort d’un discours convenu, au détriment d’un réel travail journalistique d’investigation, Ces relents d’ego blessés par une critique argumentée inhabituelle soulignaient la vacuité dans laquelle les détracteurs de GW se complaisaient. C’était lâche, injuste, veule, et donc impossible à supporter.

AtheeIV

Il est à noter que de nombreux messages de soutien émanaient de comptes parfaitement identifiés, qu'on soupçonnera difficilement d'être des "trolls", quelle qu'en soit la définition retenue. EBBH a recensé une cinquantaine de ces interventions et en a produit un aperçu. En ignorant les manifestations de ces comptes "solides", France Télévision ne (se ?) rend pas compte de la réalité des interactions qui ont eu lieu.

Conclusion :

Si nous résumons, sur les 7 affirmations de France Télévision :

► 2 sont vraies : cliquer ici pour afficher

► 2 sont vraies :

France Télévision a raison lorsqu’ils affirment avoir été fortement critiqués sur les réseaux sociaux. S’il est difficile de savoir si cette situation est réellement sans précédent ou non, la contestation est dans tous les cas assez importante.
France Télévision a raison en évoquant des accusations de “complotismes” et de “fake news”, mais ces termes ne sont que rarements utilisés (11 commentaires sur 284).

► 1 est manipulatrice : cliquer ici pour afficher

► 1 est manipulatrice :

France Télévision a raison en affirmant que la plupart des opposants sont anonymes, mais ils sont nettement plus nombreux à l’être chez les soutiens de l’émission. L’anonymat étant la norme sur Twitter, insister sur ce point n’était pas pertinent.

► 4 sont fausses : cliquer ici pour afficher

► 4 sont fausses :

L’affirmation de France Télévision sur les opposants avec très peu d’abonnés est fausse, on ne constate pas de réelles différences entre les groupes. Les critiques ont en revanche un meilleur rapport abonnés/abonnements.

L’affirmation de France Télévision sur les éléments de langages systématiquement repris sur Twitter semble fausse, aucun terme particulier ne semble monopoliser les critiques. Sur Facebook en revanche, l’hypothèse ne peut pas être écartée

L’affirmation de France Télévision sur les comptes récents est fausse. On ne constate pas de réelles différences dans les années d’inscriptions entre les groupes étudiés.

L’affirmation de France Télévision indiquant des centaines de “trolls” est fausse. Nous avons seulement trouvé six comptes qui correspondaient à leurs critères.

Ce que nous en pensons ?

Comme nous le disions en début d'article, il n'est pas question ici de nous pencher sur le contenu de l'émission et les inexactitudes qu'elle a pu contenir. Commettre des erreurs n’est d’ailleurs ni exceptionnel, ni inadmissible.

En revanche, refuser les critiques au point de ne même plus les admettre comme telles, en qualifiant de "trolls" l'ensemble des contradicteurs, est bien plus problématique. Rappelons que la bonne méthode n’est pas celle qui permet de ne pas se tromper, mais celle qui permet de se corriger. Les violentes attaques et les arguments déplacés contre Envoyé Spécial n’ont certes pas encouragés les journalistes à se remettre en question, mais en tant que professionnels de l’information, on pouvait légitimement s’attendre à une plus grande ouverture face à la contradiction.

Ces manquements font d’ailleurs écho à la légèreté avec laquelle France Télévision a proféré ses accusations. Si cet article a demandé plus d’une centaine d’heures de travail afin de vérifier chacune de ces affirmations, France Télévision n’a de son côté même pas pris la peine d’apporter des preuves... Compte tenu des différences majeures entre leur version et les faits observés, nous nous demandons même s’ils ont réellement lu les commentaires. Il semble plus plausible qu’ils n’aient inspecté qu’une poignée de tweets en ne retenant que les exemples confortant leur vision.

Pire encore, ces errements ne sont pas isolés et ont probablement encouragé de nombreux journalistes à lutter contre les “trolls” en tenant des propos pouvant ternir l’image de leur profession. Les screens suivants sont tous anonymisés afin de ne pas encourager les attaques personnelles, nous souhaitons seulement dénoncer cette logique de confrontation partisane qui rend toutes remises en question impossibles.

Ces torts sont cependant partagés, et notre article soulève justement une incohérence chez les critiques de l’émission : si la défense de la science et du journalisme de qualité est au centre de leurs motivations, on constate que cela passe bien souvent - dans 41% des cas ici - par une certaine forme d’agressivité.

Les insultes sont rarement très violentes mais mises bout à bout, elle finissent par former une accumulation de propos moqueurs assez consistant qui desservent la cause défendue. En fait, la simple multiplicité des interpellations individuelles - même respectueuses - finit par créer une sensation d'acharnement.

Si personne n’est et ne doit être irréprochable, il nous semble cependant important de pointer du sabot l’existence de cette problématique afin que chacun puisse y réfléchir personnellement, et défendre au mieux une approche dépassionnée de ces débats… que nous soyons professionnels de l’information ou non.

J'ai juste scrollé vers le bas, l'article est trop long !

Evidence Based Bonne Humeur vous résume l'idée :

Avez-vous apprécié cette enquête sur les trolls de France Télévision ?

Remerciements

Cet article a nécessité plusieurs semaines de travail acharné (et bénévole) nous remercions donc chaleureusement les différentes personnes qui ont grandement contribué à sa réalisation : Irène Servant, Damien Delbèque, Les Perles de l'Anti-scienceSceptom, Evidence Based Bonne Humeur, Skeptboarder, et Scellero Fulmini.

Références   [ + ]

1. Glyphosate sur France 2 : décryptage de deux heures de désinformation. Association française pour l'information scientifique Test : Nous prédisons les biais d’Envoyé Spécial sur le Glyphosate Janvier 2019. Projet Utopia Envoyé Spécial et Glyphosate: l’escalade de l’intox. La Théière Cosmique
2. Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial. Atlantico
3. "Envoyé spécial" : Un reportage sur le glyphosate contesté et signalé au CSA (màj). Pure Médias
4. Géraldine Woessner. Twitter Emmanuelle Ducros. Twitter Mac Lesggy. Twitter
5. Mac Lesggy. Twitter
6. "Envoyé spécial" sur le glyphosate : nos réponses aux intox qui circulent sur les réseaux sociaux. Franceinfo
7. "Envoyé spécial" sur le glyphosate : nos réponses aux intox qui circulent sur les réseaux sociaux. Franceinfo
8. La vérité sur les contaminations de glyphosate : consommateurs trompés, agriculteurs brimés et un gouvernement piégé par la malhonnêteté des associations écologistes ! Coordination Rurale



Owiii ! Rejoins-nous ! →

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

← Merci !


    • alias
    • 28 mars 2019
    Répondre

    j’arrive un peu après la bataille mais merci beaucoup et félicitation, je rejoins Alex D pour qui la lecture de la méthodo devrait etre obligatoire ; oui c’est long mais c’est necessaire pour apprécier les limites de ce formidable travail (meme si ya des rappels)

    • lipki
    • 19 mars 2019
    Répondre

    Merci.

    • Alex D
    • 18 mars 2019
    Répondre

    Bonjour et bravo…
    J’ai quand même un petit reproche, vous dites qu’on peut passer la méthodologie car l’article et long… moi je trouve que tout lire devrait être obligatoire.
    Avez vous envoyer votre travail au médiateur de France Television et au ministère de la culture?
    Il est vraiment important d’arrêter très vite les accusations de Fnews et trollisme de tous les contradicteurs, sinon on s’éloignera encore un peu plus d’un possible débat.
    Enfin, cherchez vous des petites mains volontaires pour vous aider dans vos travaux de verifications comme celui ci?
    Si oui, je serais partants.

    • Lucas
    • 14 mars 2019
    Répondre

    Très bonne analyse, une seule remarque technique pour l’anonymisation:
    Je pense qu’utiliser une fonction de hachage (https://passwordsgenerator.net/sha256-hash-generator/), est plus robuste que mélanger les caractères.
    Merci pour cette analyse.

  1. Répondre

    Merci beaucoup !!

    Vous êtes impressionnant !

    • fm06
    • 14 mars 2019
    Répondre

    Très beau travail. Bravo et merci 🙂

    • CURE Bernard
    • 12 mars 2019
    Répondre

    Merci pour ce fantastique travail de qualité. Beaucoup de publications scientifiques, malgré les apparences, n’ont pas cette déontologie.
    Mon sentiment en découvrant ce comportement du milieu médiatique, c’est qu’il est très comparable à notre société avec ses voyous, ses malfrats ses bandits et autres escrocs. La seule différence c’est que la secte médiatique déverse son idéologie sur l’ensemble de la population. C’est le braquage de l’ensemble de la société, et c’est en ce sens que c’est bien plus grave, plutôt que celui d’une agence bancaire.

    • Eloi PETIT
    • 9 mars 2019
    Répondre

    Je fais partie des agriculteurs trolls
    Nous vous remercions.

    • Matthieu B.
    • 8 mars 2019
    Répondre

    Un travail très rigoureux. Merci.

    • Alexandre
    • 8 mars 2019
    Répondre

    Ravi de constater qu’Il reste encore des gens qui se servent de leur esprit critique. Continuez ainsi. Merci.

    • Sébastien PETILLON
    • 8 mars 2019
    Répondre

    Travail incroyable ! Vous montrez les limites de vos analyses et c’est toujours aussi beau à voir !
    Pas déçu du retour de la chèvre cuirassée 😀

    Il est d’utilité publique de montrer le manque de compétences (pas si grave) et l’incapacité de remise en question (bien plus gênante) dans les médias et dans l’opinion publique. Se faire traiter de défenseur (ou d’être lobbyiste) de Monsanto à chaque nuance sur les élucubrations glyphosesques est devenu un rituel !
    Faut-il croire que le débat serait trop complexe pour eux s’il s’agissait de comparer des herbicides ?
    Et sur le plan environnemental, on continue à éviter de remettre en question notre mode de vie en trouvant des coupables (qui pour le coup sont indéfendables sur beaucoup d’aspects).

    Merci beaucoup pour votre boulot !

    • chouaneur
    • 8 mars 2019
    Répondre

    Merci pour le temps passé pour effectuer ce travail !
    Merci de l’avoir fait pour toutes les personnes ayant le désir d’avoir une démarche rationnelle basée sur la réalité des faits.

    • Setorovsky
    • 7 mars 2019
    Répondre

    gros bravo

    • LaFougne
    • 7 mars 2019
    Répondre

    Bigre, quel boulot ! Je partage !

    • lemiere
    • 7 mars 2019
    Répondre

    beaucoup de boulot;.. un peu vain à mon opinion…par exempel avez vous contacté france 2 pour leur demander de préciser leur position?

    • Dan
    • 7 mars 2019
    Répondre

    Je commente très, très rarement sur Internet. Mais là, je voulais prendre le temps, car après avoir lu cet article de bout en bout (#noflemme), je tenais à saluer cet énorme travail, bénévole qui plus est, qui répond précisément et factuellement à des accusations sans fondement de France Télévisions, avec une démarche scientifique dont on pourrait tous s’inspirer. Le problème, c’est qu’avancer des conneries est toujours beaucoup plus rapide que les démonter… Merci pour votre courage et votre persévérance, et au plaisir de vous lire à nouveau.

    • John
    • 7 mars 2019
    Répondre

    Impressionnant, un travail incroyable, merci merci merci !!!

    • Nicolas Thénard
    • 7 mars 2019
    Répondre

    Imaginer le travail qu’il vous a fallu pour cet article me fatigue le cerveau. Bravo et merci d’exister !

    • Geolnuc
    • 7 mars 2019
    Répondre

    Idem supra

    • Sebastien Causse
    • 7 mars 2019
    Répondre

    Un boulot très intéressant! Merci à vous d’y avoir consacré du temps!

    Un travail similaire sur le milieu antivax, de manière à cerner l’antivax « typique » serait aussi super intéressant!

    Continuez le bon boulot!

    • P'tit Gus
    • 7 mars 2019
    Répondre

    Votre travail est titanesque …
    Votre motivation déplacerait des montagnes !

    Merci pour cette analyse factuelle que je m’empresse de partager allègrement !

    Un docteur en chimie parmi d’autres.

    • Athéenuation IV
    • 7 mars 2019
    Répondre

    Félicitations pour cet énorme et impressionnant boulot !



Laisser un commentaire



    • alias
    • 28 mars 2019
    Répondre

    j’arrive un peu après la bataille mais merci beaucoup et félicitation, je rejoins Alex D pour qui la lecture de la méthodo devrait etre obligatoire ; oui c’est long mais c’est necessaire pour apprécier les limites de ce formidable travail (meme si ya des rappels)

    • lipki
    • 19 mars 2019
    Répondre

    Merci.

    • Alex D
    • 18 mars 2019
    Répondre

    Bonjour et bravo…
    J’ai quand même un petit reproche, vous dites qu’on peut passer la méthodologie car l’article et long… moi je trouve que tout lire devrait être obligatoire.
    Avez vous envoyer votre travail au médiateur de France Television et au ministère de la culture?
    Il est vraiment important d’arrêter très vite les accusations de Fnews et trollisme de tous les contradicteurs, sinon on s’éloignera encore un peu plus d’un possible débat.
    Enfin, cherchez vous des petites mains volontaires pour vous aider dans vos travaux de verifications comme celui ci?
    Si oui, je serais partants.

    • Lucas
    • 14 mars 2019
    Répondre

    Très bonne analyse, une seule remarque technique pour l’anonymisation:
    Je pense qu’utiliser une fonction de hachage (https://passwordsgenerator.net/sha256-hash-generator/), est plus robuste que mélanger les caractères.
    Merci pour cette analyse.

  1. Répondre

    Merci beaucoup !!

    Vous êtes impressionnant !

    • fm06
    • 14 mars 2019
    Répondre

    Très beau travail. Bravo et merci 🙂

    • CURE Bernard
    • 12 mars 2019
    Répondre

    Merci pour ce fantastique travail de qualité. Beaucoup de publications scientifiques, malgré les apparences, n’ont pas cette déontologie.
    Mon sentiment en découvrant ce comportement du milieu médiatique, c’est qu’il est très comparable à notre société avec ses voyous, ses malfrats ses bandits et autres escrocs. La seule différence c’est que la secte médiatique déverse son idéologie sur l’ensemble de la population. C’est le braquage de l’ensemble de la société, et c’est en ce sens que c’est bien plus grave, plutôt que celui d’une agence bancaire.

    • Eloi PETIT
    • 9 mars 2019
    Répondre

    Je fais partie des agriculteurs trolls
    Nous vous remercions.

    • Matthieu B.
    • 8 mars 2019
    Répondre

    Un travail très rigoureux. Merci.

    • Alexandre
    • 8 mars 2019
    Répondre

    Ravi de constater qu’Il reste encore des gens qui se servent de leur esprit critique. Continuez ainsi. Merci.

    • Sébastien PETILLON
    • 8 mars 2019
    Répondre

    Travail incroyable ! Vous montrez les limites de vos analyses et c’est toujours aussi beau à voir !
    Pas déçu du retour de la chèvre cuirassée 😀

    Il est d’utilité publique de montrer le manque de compétences (pas si grave) et l’incapacité de remise en question (bien plus gênante) dans les médias et dans l’opinion publique. Se faire traiter de défenseur (ou d’être lobbyiste) de Monsanto à chaque nuance sur les élucubrations glyphosesques est devenu un rituel !
    Faut-il croire que le débat serait trop complexe pour eux s’il s’agissait de comparer des herbicides ?
    Et sur le plan environnemental, on continue à éviter de remettre en question notre mode de vie en trouvant des coupables (qui pour le coup sont indéfendables sur beaucoup d’aspects).

    Merci beaucoup pour votre boulot !

    • chouaneur
    • 8 mars 2019
    Répondre

    Merci pour le temps passé pour effectuer ce travail !
    Merci de l’avoir fait pour toutes les personnes ayant le désir d’avoir une démarche rationnelle basée sur la réalité des faits.

    • Setorovsky
    • 7 mars 2019
    Répondre

    gros bravo

    • LaFougne
    • 7 mars 2019
    Répondre

    Bigre, quel boulot ! Je partage !

    • lemiere
    • 7 mars 2019
    Répondre

    beaucoup de boulot;.. un peu vain à mon opinion…par exempel avez vous contacté france 2 pour leur demander de préciser leur position?

    • Dan
    • 7 mars 2019
    Répondre

    Je commente très, très rarement sur Internet. Mais là, je voulais prendre le temps, car après avoir lu cet article de bout en bout (#noflemme), je tenais à saluer cet énorme travail, bénévole qui plus est, qui répond précisément et factuellement à des accusations sans fondement de France Télévisions, avec une démarche scientifique dont on pourrait tous s’inspirer. Le problème, c’est qu’avancer des conneries est toujours beaucoup plus rapide que les démonter… Merci pour votre courage et votre persévérance, et au plaisir de vous lire à nouveau.

    • John
    • 7 mars 2019
    Répondre

    Impressionnant, un travail incroyable, merci merci merci !!!

    • Nicolas Thénard
    • 7 mars 2019
    Répondre

    Imaginer le travail qu’il vous a fallu pour cet article me fatigue le cerveau. Bravo et merci d’exister !

    • Geolnuc
    • 7 mars 2019
    Répondre

    Idem supra

    • Sebastien Causse
    • 7 mars 2019
    Répondre

    Un boulot très intéressant! Merci à vous d’y avoir consacré du temps!

    Un travail similaire sur le milieu antivax, de manière à cerner l’antivax « typique » serait aussi super intéressant!

    Continuez le bon boulot!

    • P'tit Gus
    • 7 mars 2019
    Répondre

    Votre travail est titanesque …
    Votre motivation déplacerait des montagnes !

    Merci pour cette analyse factuelle que je m’empresse de partager allègrement !

    Un docteur en chimie parmi d’autres.

    • Athéenuation IV
    • 7 mars 2019
    Répondre

    Félicitations pour cet énorme et impressionnant boulot !

Laisser un commentaire